Des nouvelles des loutres de mer d'Océanopolis !

Pukiq, Matchaq et Tangiq, leur quotidien dans le sentier des loutres d’Océanopolis...

La présentation de ces mammifères marins est unique en France et s’est inscrite dans le cadre d’un programme particulièrement engageant pour les équipes d’Océanopolis. Le parc permet aux visiteurs de découvrir un animal emblématique des écosystèmes côtiers du Pacifique nord. 

Depuis maintenant quelques mois, Pukiq, Matchaq et Tangiq cohabitent désormais dans le même bassin au cœur du sentier des loutres, faisant du parc de découverte des océans la troisième structure européenne à présenter cette espèce. Les trois animaux se portent à merveille et font le bonheur des visiteurs du parc. 

Un métabolisme hors du commun, une surveillance accrue

La loutre de mer est la seule espèce de loutre à vivre en permanence en mer : pour se nourrir, pour se reposer ou même pour donner naissances à ses petits. C’est une espèce au métabolisme étonnant : une loutre doit ingérer, chaque jour, 20% de son poids pour maintenir sa température interne à 35 °C. Contrairement à d’autres mammifères marins tels que les phoques, la loutre ne fait pas de réserves. Elle ne produit donc pas de couche de graisse pour se protéger du froid et ne compte que sur sa fourrure, la plus dense du règne animal tout de même, pour se protéger des fraiches températures de son milieu naturel. 

Pukiq, Matchaq et Tangiq sont pesés toutes les semaines et la prise de poids constatée, depuis leurs arrivées à Océanopolis, est particulièrement révélatrice du leur bien-être. De 16 kg à son arrivée en juin 2016, Pukiq en pèse aujourd’hui 22. Matchaq et Tangiq, arrivés plus tardivement en décembre 2016, pèsent respectivement 18 et 19 kg. Aujourd’hui, Pukiq est nourri six fois par jour par ses soigneurs. Au total, la jeune loutre ingère 4,3 kg de nourriture (clams, capelans, crevettes et calamars) par jour soit autant que Zora, femelle phoque à moustaches de 270 kg. 

Un training plus exigeant pour les soigneurs

Le training vétérinaire effectué pendant le nourrissage permet aux soigneurs de préparer les animaux aux futurs contrôles vétérinaires ou à d’éventuelles interventions. Les gestes répétés visent à habituer les animaux à accepter la manipulation et à ne pas vivre cet exercice comme un stress potentiel. Le training avec les loutres de mer est plus exigeant qu’avec les autres animaux du parc dans la mesure où cet animal est plus rapide et se sert beaucoup de ses pattes avant. Elles sont particulièrement habiles quand il s’agit de saisir des objets. 

« Elles apprennent plus vite mais font aussi plus de bêtises. Ce sont des animaux toujours en demande d’interaction et ce comportement demande beaucoup de vigilance de la part des soigneurs. » indique Christine Dumas, chef d’équipe du service Mammifères Marins. Espèce sociable au comportement joueur, la loutre de mer est un animal curieux. Pukiq, Matchaq et Tangiq ne font pas exception à la règle et sont parfaitement réceptifs aux sollicitations des soigneurs.  

Les trois ambassadeurs du Pacifique nord ont pleinement pris possession des bassins du sentier des loutres d’Océanopolis. Tous les jours, le public est invité à rencontrer les jeunes mâles et assister à leur nourrissage derrière les vitres ou au-dessus du bassin. Elles sont d’ordinaire visibles toute la journée jusqu’à 16h, heure de leur avant-dernier nourrissage de la journée, puis elles rentrent d’elles-mêmes dans la zone de quarantaine pour y passer la nuit.  

Instant saisi dans le sentier des loutres d'Océanopolis, cliquez  ici pour découvrir toute l'ingéniosité dont font preuve les loutres de mer pour se nourrir. 

Pour davantage d'informations sur le périple des trois mâles à Océanopolis, cliquez ici

Tous les évènements